Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Celui qui est convoqué n'a plus à se demander : ‘’Que voulait-on de moi, en m'appelant?' mais bien : ‘’Que veux-je, maintenant que je suis présent à l'appel ?’»   Max Stirner L'Unique et sa Propriété

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 898819 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

LA GAUCHE REGULIEREMENT FAVORABLE AU VOTE OBLIGATOIRE

Une proposition sur l'inscription des bulletins blancs  dans les suffrages exprimés qui précède une autre sur le vote obligatoire. Cette seconde n'a été déposée qu'un an plus tard, en janvier 2017, et ne fait plus référence au vote blanc.

Quand le député en fin de mandat dresse sur son site le bilan de son quinquennat, il ne mentionne aucune de ces deux propositions. Elles ont donc été faites pour donner l'impression que le député est actif. Mais elles révèlent surtout son incurie (12 mois entre les deux propositions alors qu'elles auraient dû être regroupées en une), son inconséquence (déposer une proposition de loi un mois avant la fin de la mandature est une proposition de loi mort-née) et sa duplicité (la première proposition laisse croire qu'il partage les objectifs de notre association alors que sa volonté est autre).

Béthune : la reconnaissance du vote blanc, le cheval de bataille de Stéphane Saint-André (PRG)

Publié le - Mis à jour le 24/01/2016 à 08:54

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Le député de la neuvième circonscription du Pas-de-Calais et ancien maire de Béthune, Stéphane Saint-André, a fait une proposition de loi visant à reconnaître complètement le vote blanc aux élections. Pour lutter contre l’abstention ?


Le député Stéphane Saint-André très heureux dans les bras de François Hollande

Il est pour l’instant le seul signataire de la proposition de loi. Le député béthunois PRG Stéphane Saint-André milite pour la reconnaissance du vote blanc. Les résultats des élections régionales n’y sont pas pour rien. « Je suis vraiment préoccupé par la montée du FN, par la nature du vote qui est aussi un vote d’adhésion, et plus seulement un vote protestataire ou de colère. Je m’interroge sur les raisons qui mènent à ça », dit-il.

C’est par la lutte contre l’abstention que le député s’empare du sujet : « Le vote blanc n’est pas pris en compte dans les suffrages exprimés. Aux régionales, il y a eu un désistement républicain. Des électeurs m’ont dit avoir voté blanc. D’autres se sont abstenus parce que le vote blanc n’est pas reconnu. Il y a un premier verrou à faire sauter. »

Abstention, blanc, nul : le distingo

Une récente proposition de loi de février 2014 (adoptée par les parlementaires) a permis de modifier le troisième alinéa de l’article L65 du code électoral, et de reconnaître en partie le vote blanc. Celui-ci est comptabilisé. Depuis le 1er avril 2014, on distingue donc l’absence de vote (l’abstention), le vote blanc (absence de bulletin dans l’enveloppe) et le vote nul (vote irrégulier).

Stéphane Saint-André veut aller plus loin, et faire en sorte que le vote blanc soit comptabilisé dans les suffrages exprimés : « Le débat n’est pas nouveau mais il apparaît aujourd’hui nécessaire d’aller au bout de la reconnaissance, compte tenu d’une situation nouvelle », écrit Stéphane Saint-André dans l’exposé des motifs.

Deux autres propositions

« Voter blanc, c’est exprimer quelque chose, résume le député, et ex-candidat malheureux de l’union de la gauche aux régionales. Le vote est un acte citoyen, il faut le reconnaître. J’espère que ça décidera les gens à se déplacer et à faire chuter l’abstention. » Dans la même veine, Stéphane Saint-André planche sur deux autres propositions de loi. L’une sur l’obligation de voter, et l’autre sur la limitation à trois mandats consécutifs dans le temps, à toutes les élections.

« Pour un maire, dix-huit ans, c’est bien », estime l’ancien maire de Béthune, qui occupe aujourd’hui les rangs de l’opposition. « Je fais partie d’une génération politique qui est passée entre les gouttes. La précédente a été sacrifiée par les anciens qui n’ont jamais voulu laisser leur poste, note l’élu. Fixer une limite, c’est obliger les élus en place à préparer leur succession, ouvrir les portes et les fenêtres à de nouvelles générations d’élus. On voit ce que ça donne, quelqu’un trente ans au même poste. Là où il y a eu des dérives, les élus étaient en poste très longtemps. »



 

ET UNE COUCHE DE PLUS !
La gauche reparle de vote obligatoire.


«Il devrait y avoir injonction à s'exprimer au moment des choix importants», juge Martine Aubry. «Si la force de conviction ne suffit pas, il faudra sans doute aller plus loin et rendre, sous une forme à définir, obligatoire le fait d'aller voter, tout en reconnaissant le vote blanc parmi les suffrages exprimés», écrit-elle. Cinq mesures fortes en vue du prochain congrès du PS. 5 février 2015. Voir le document
 


 

La vision à très court terme, le personnel politique connaît. La question se pose de comment gagner la toute prochaine élection (ici une législative partielle dans le Doubs) et on sort des outils que l'on croit efficaces alors qu'il faut une vision plus large. Les électeurs viennent de moins en moins voter ? S'ils se sentent inutiles dans ce genre d'élections, il faut leur donner une gamme plus étendue d'expression, en reconnaissant réellement le vote blanc. Et pas tomber dans la contrainte, qui rabaisse encore plus l'électeur.
La gauche est fascinée par le vote obligatoire.

Ajoutons à ceci la lettre du député socialiste Philippe Doucet le mars au Premier ministre. Il présente 24 idées pour lutter contre l'apartheid, dont le vote obligatoire (faire le bonheur des gens malgré eux !). Il n'est même pas question d'un vote blanc devenant un suffrage exprimé.
Lire la lettre








Le sénateur socialiste Luc Carvounas veut intégrer vote obligatoire et vote blanc dans la modernisation des institutions.

« En posant le principe du vote obligatoire, nous rappellerions à chaque citoyen son devoir. Plus que d'infantiliser les individus ou de les contraindre, je souhaiterais que cette disposition soit envisagée comme pédagogique. Les modalités de la sanction en cas de manquement à la règle peuvent être évidemment discutées. Dans ces conditions, il serait absolument essentiel de comptabiliser le vote blanc comme un vote à part entière. Car si on oblige les individus à venir voter, on ne peut pas en revanche les obliger à choisir. Cette mesure est pour moi la contrepartie indispensable au vote obligatoire. La procédure "d'accès au vote blanc" devrait dés lors être simplifiée (choix des bulletins...) pour respecter l'esprit de cette proposition.»

 Luc Carvounas est l'auteur de "La politique autrement. Réinventons nos institutions", publié à la Fondation Jean Jaurès.




Article du Figaro.fr
Voir la page originale
 
"Le sénateur-maire d'Alfortville, Luc Carvounas (PS), plaide pour "la suppression de la fonction de Premier ministre", la proportionnelle intégrale aux législatives ou encore le droit de vote à 16 ans, dans un livre de la Fondation Jean-Jaurès publié lundi.
Intitulé "La politique autrement, réinventons nos institutions", cette publication prône "un rapport rééquilibré entre le pouvoir exécutif et législatif, une refondation complète de l'activité parlementaire, une pratique électorale plus démocratique et des responsables politiques qui reprennent la main sur l'administration", souligne M. Carvounas dans un communiqué.
Le sénateur, proche de Manuel Valls, y propose notamment de supprimer "la fonction de Premier ministre comme chef du gouvernement chargé de la direction de la politique de la Nation" et de réduire "à leur plus simple appareil" les pouvoirs d'intervention du président sur le parlement, et ce en passant "par la suppression de son droit de dissolution de l'Assemblée nationale, de même que de l'article 49-3 de la Constitution".
"Pour une meilleure représentation politique au Parlement, je suggère que nous instaurions la proportionnelle intégrale aux élections législatives. Il faudrait la mettre en place dès 2017 pour réengager les Français dans l'envie politique", ajoute-t-il. "Réduction du nombre de parlementaires à 700" et "limitation des mandats nationaux à deux consécutifs au maximum" figurent parmi les autres propositions.
M. Carvounas est par ailleurs favorable à quatre évolutions sur le droit de vote: "rendre le vote obligatoire, reconnaître le vote blanc comme un vote à part entière, ouvrir le droit de vote à 16 ans et accorder le droit de vote aux étrangers".
Cet essai se veut aussi une participation au débat dans le cadre de la mission parlementaire sur l'avenir des institutions présidée par Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, et l'historien Michel Winock."

 

 

La gauche milite pour
UN VOTE OBLIGATOIRE DEVERGONDÉ



Jusqu'à l'an dernier, quand un parlementaire jugeait que la solution pour enrayer la hausse de l'abstention était le vote obligatoire, il rédigeait une proposition de loi associant le vote blanc compté comme suffrage exprimé au vote obligatoire. Le vote blanc était la vaseline censée faire passer plus facilement ce coup tordu adressé aux électeurs. Maintenant que la loi du 21 mars est effective et se contente de distinguer les bulletins blancs des bulletins nuls, il n'y a plus de gène et voici qu'en ce mois de juin, une proposition de loi d'un sénateur PS et la demande d'ouverture d'un groupe de travail d'une sénatrice PRG réclament le vote obligatoire en ne faisant plus référence au vote blanc compté comme un suffrage exprimé.
 

« un pas supplémentaire dans la modernisation de notre représentativité démocratique »
(!!?!! - NDLR)

Françoise Laborde est sénatrice du Parti radical de Gauche. C'est elle qui a proposé le jeudi 19 juin d'aller dans le sens du progrès démocratique en imposant le vote obligatoire. Elle attire l'attention du Premier ministre « sur l'urgence d'ouvrir un travail de consultation et de réflexion en vue d'instaurer le vote obligatoire. » (Lire le texte de sa question). Dans son plaidoyer, on comprend que la distinction bulletins blancs/bulletins nuls la satisfait et il n'est donc plus question de demander de compenser l'obligation d'aller voter par l'obtention d'un vote blanc enregistré comme un suffrage exprimé.
L'Association pour la reconnaissance du vote blanc est contre le vote obligatoire même accompagné d'un vote blanc vraiment reconnu et encore plus contre ce vote obligatoire dévergondé. Sous le maquillage d'une modernisation de notre vie politique on veut contraindre l'électeur pour cacher l'impéritie de notre personnel politique.


Pour nous, la modernisation consiste plutôt à donner plus de pouvoir à l'électeur parce qu'on a confiance en lui que de le sanctionner. Il faut allier un vote blanc à égalité avec les votes pour les candidats à la liberté de ne pas aller voter. L'objectif de candidats à une élection doit être une forte participation alors que les électeurs n'étaient pas obligés de venir et non une victoire à la Pyrrhus où le nombre de suffrages pour le vainqueur représente un faible pourcentage du nombre de votants.

Lire une version plus longue


 

Vote obligatoire 2014

C'est encore non pour le ministère de l'intérieur
(jusqu'à  quand ?)
 
La réponse du ministère de l'intérieur à la sénatrice Françoise Laborde (Lire plus bas sa demande) le 25 septembre 2014 est toujours catégorique: il n'est pas question de rendre le vote obligatoire. L'Association pour la reconnaissance du vote blanc est elle-aussi opposée à cette mesure. Mais nous craignons que cette tentation ne séduise finalement le personnel politique en difficulté à cause des mauvaises habitudes prises depuis très longtemps. Le vote obligatoire est une facilité, le vote blanc un effort sur soi-même pour les professionnels de la politique; le premier une sanction vis-à-vis des citoyens, le second une vision ambitieuse de ce que pourrait être la démocratie électorale.
Pour l'instant, voici la réponse du ministère:

"
Le débat sur le vote obligatoire est récurrent, une proposition de loi visant à rendre obligatoire l'exercice du droit de vote ayant en dernier lieu été déposée en ce sens à la présidence du Sénat le 6 juin 2014. À l'exception des élections sénatoriales, le suffrage n'est pas obligatoire en France. Seul son caractère toujours universel, égal et secret est affirmé par l'article 3 de la Constitution. L'exercice du droit de vote est une faculté laissée à l'appréciation des citoyens. Il s'agit d'une tradition républicaine et démocratique française qu'il n'est pas envisagé de remettre en question. En effet, les citoyens ne disposent pas seulement du droit de vote, ils disposent de son corollaire, le droit de s'abstenir de voter, qui constitue une forme de liberté d'expression. Par ailleurs, si certains pays comme la Belgique l'ont adopté, l'instauration du suffrage obligatoire en France soulèverait des difficultés particulières, dans son principe comme pour son application. Les sanctions dont il serait assorti, bien souvent pécuniaires comme prévues par la proposition de loi susvisée, seraient probablement rarement mises en œuvre. Il en va ainsi en Belgique où aucun parquet ne poursuit les citoyens qui n'accomplissent pas leur devoir d'électeur, en raison notamment de l'encombrement des tribunaux. De plus, il apparaît que, dans les pays où le vote est obligatoire, une proportion importante d'électeurs persiste à s'abstenir de voter. Le vote obligatoire ne permet donc pas de résoudre le problème de la non-participation de nombreux citoyens à la vie politique, ce qui conduit certains pays à se poser la question de son maintien (c'est le cas de la Belgique) et d'autres à en décider la suppression (Italie). " 




Claude Bartolone pour le vote obligatoire


Par Ivan Valerio
| 23/11/12

Claude Bartolone est favorable au vote obligatoire. Le président de l'Assemblée nationale l'a indiqué sur iTélé ce vendredi.

Répondant à des questions sur la reconnaissance du vote blanc jeudi par les députés, l'élu de Seine-Saint-Denis a estimé que c'était "un premier pas". "J'espère qu'il y en aura d'autres", a-t-il ajouté.

"Et pourquoi pas le vote obligatoire", a poursuivi Claude Bartolone.

- Vous êtes favorable au vote obligatoire ?

- Oui ...

En août 2012, trois parlementaires socialistes s'exprimaient également en faveur de cette réforme. Frédérique Espagnac, Luc Carvounas et Emeric Bréhier publiait une tribune dans Le Monde, s'affichaient "favorables à l'instauration du vote obligatoire assorti de la reconnaissance du vote blanc". Et ce dans le but de "faire face à l'effondrement des taux de participation aux différents scrutins depuis un quart de siècle".

Parmi ces parlementaires, Frédérique Espagnac, Luc Carvounas ont pris du galon au Parti socialiste depuis cette tribune. La première est devenue porte-parole et le second occupe désormais le poste de numéro 3 du PS, en charge des relations extérieures.

Jeudi, l'Assemblée a adopté à l'unanimité des 90 députés présents une proposition de loi UDI, amendée, pour que les votes blancs aux élections soient comptés séparément des nuls, mais pas pris en compte dans les suffrages exprimés.




 

MEME LA JEUNE GENERATION EST DUPEE

Lette de razzy Hammadi a notre courrier  du 19 juin :

Monsieur,

J’ai bien reçu votre courrier me félicitant pour mon élection en qualité de Député de Seine-Saint-Denis.

J’ai confiance de l’importance d’une transformation dans la vie politique française, et me prononce pour la reconnaissance du vote blanc, dans le cadre du vote obligatoire.

Je vous invite vivement à me tenir informé de la suite des activités de votre structure auxquelles je porte un intérêt certain, et mon équipe est à votre disposition pour tout échange à ce sujet.

Notre réponse à cette réponse

Monsieur le Député,

Nous venons de recevoir votre réponse (réf. 2012-03/RH/LS) à notre courrier qui faisait suite à votre élection. En cette période creuse de l'été, je me permets de vous répondre par courrier électronique.

Dans votre lettre, vous vous dites favorable au vote blanc mais vous jugez nécessaire de l'accompagner du vote obligatoire. L'Association pour la reconnaissance du vote blanc est farouchement hostile à l'obligation de voter. Celle-ci est contraire à l'esprit du vote blanc, qui n'a de valeur que si l'électeur avait toute liberté de rester chez lui. Avec le vote obligatoire, chaque fois que le vote blanc aurait un résultat assez élevé, il serait dénigré par ceux qu'il n'arrangerait pas au prétexte qu'il émanerait de gens qui se moquent de la vie politique et qui n'ont voté que pour éviter l'amende.

Vous qui est élu de Seine-Saint-Denis, vous devez être plus sensible que d'autres à deux points:

1. Si vous amenez des jeunes de milieux défavorisés à s'inscrire sur les listes électorales et que certains d'entre eux votent blanc à l'élection suivante, aujourd'hui, après avoir ressenti une exclusion sociale ils feront la découverte de l'exclusion politique.

2. Si vous transformez le vote blanc en suffrage exprimé mais que vous l'accompagnez du vote obligatoire avec sanction à l'appui, vous plongez à nouveau lesdits jeunes dans un système coercitif qu'ils ne portent pas dans leur coeur.

Reconnaître le vote blanc, c'est donner toute son ampleur au principe d'égalité '1 homme, 1 voix', du dépôt du bulletin dans l'urne jusqu'au moment du dépouillement. Si pour en arriver là vous rognez la liberté d'expression, la liberté de voter ou non, c'est que vous n'avez pas confiance dans le peuple, que vous manquez un peu d'ambition pour l'évolution de notre démocratie.

Dans notre premier courrier, nous faisions allusion à votre élection sans adversaire au second tour. Si vous pouviez agir dès maintenant pour que soit prévu dans le code électoral que - aux élections municipales et législatives - le vote blanc soit un suffrage exprimé si au second tour il n'y a qu'un candidat ou qu'une liste, ce serait un pas important que vous vous engageriez à faire.

Comme vous, j'espère que nous pourrons avoir un échange fructueux.


Date de création : 08.12.2012 @ 00:28
Dernière modification : 06.01.2013 @ 16:09
Catégorie : Pour approfondir - Le monde politique et le vote blanc
Page lue 5769 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Réseaux sociaux


 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)

Episode 7: 4 millions d'électeurs ignorés... mais toujours le statu quo (Henri Cabanel, Frédéric Micheau)
Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: