Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Un homme, une voix. L’équation simple s’impose à nous avec la force de l’évidence. L’égalité devant l’urne électorale est pour nous la condition première de la démocratie, la forme la plus élémentaire de l’égalité, la base la plus indiscutable du droit. »   Pierre Rosanvallon (Le sacre du citoyen)

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.


Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats


EDITION 2018
 

Lauréat: Richard Ferrand. "Le vote blanc pourrait être un mouvement de dévoiement de la démocratie où tous les ronchons de la terre pourraient venir tout simplement s'opposer à tout et faire vivre leur insatisfaction perpétuelle. Ne souhaitons pas cela à notre démocratie et à nos citoyens. Ne les incitons pas démissionner ou à nier au fond la capacité à choisir, faisons-en plutôt des candidats." Les électeurs  sont, pour celui qui depuis est devenu président de l'Assemblée, de mauvais citoyens, des aigris, des déserteurs, des frustrés qu'il faut éduquer.
 

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 1083668 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Pakistan
 

Ces dernières années, des citoyens interpellent la Commission électorale pakistanaise pour que le pays voit apparaître sur les bulletins une case NOTA (Pour aucun des candidats ci-dessus), comme c'est déjà le cas en Inde. En 2018, la Haute Cour de Lahore, la capitale, a été saisie par plusieurs pétitions. Nous reproduisons en le traduisant un article parlant d'une de ces initiatives. Mais avant, nous reproduisons et traduisons le plaidoyer en trois volets d'une autre citoyenne pakistanaise. Pour finir la page, vous trouverez l'évocation d'une initiative précédente, en 2013.

 

DEFENSE DU VOTE BLANC AU PAKISTAN (3)

UN COUP PORTE A LA DEMOCRATIE REPRESENTATIVE - 22 juin 2018.

Troisième et dernier volet de la plaidoirie de Nilofer A Qazi, militante des droits de l'homme au Pakistan.

Nilofer A Qazi

“J'avais espéré que le juge Shahid Kareem de l'honorable Haute Cour de Lahore (LHC) franchirait le pas et demanderait à la Commission électorale du Pakistan (ECP) d'inclure l'option None of the Above (NOTA) sur notre bulletin de vote 2018. Hélas, la cour a jugé prudent de garder cette "importante requête en suspens pendant six mois" afin qu'il puisse considérer sa portée.
Nous avions espéré que cela avait déjà été précisé lors des quatre dernières audiences. Il semble que la Cour ait accepté NOTA comme un droit fondamental.
Le besoin de NOTA n'a jamais été aussi évident. Les élections sont sur le point d'avoir lieu et, encore une fois, un nombre inacceptable de délinquants financiers ont été acceptés comme représentants potentiels au Parlement. Ces personnes doivent prendre des décisions financières qui auront un impact direct sur la vie des citoyens. Les citoyens devraient-ils simplement les accepter et espérer le meilleur au nom de la démocratie?
Nous n'avons aucune loi sur les conflits d'intérêts qui aurait empêché ces «hommes d'affaires» qui ont des proches au Parlement de prendre des décisions en notre nom, mais en réalité, ils travaillent sans relâche pour voler le Pakistan. Regardez le nombre de parlementaires monstrueusement riches que nous avons toujours eu. Combien d'impôts ces personnes ont-elles payés et comment ont-elles amassé une telle richesse ?
Idéalement, il aurait dû y avoir des affaires pénales, des procès et des verdicts pour les amener à rendre des comptes, mais notre système de justice a-t-il rempli ce rôle ? L'électorat devrait-il payer pour ces faiblesses encore et encore ?
Nous, le peuple, sommes impuissants lorsque les partis politiques choisissent des «élus» corrompus et nous forcent à choisir des représentants peu recommandables. C'est pourquoi NOTA peut donner au peuple du Pakistan une véritable organisation politique.
Ce qui est décevant, c'est que, dans l'environnement politique actuel, même les meilleurs juristes ont des réticences à mettre un coup de pied dans la fourmilière..
Depuis que j'ai présenté cette pétition au tribunal, j'ai rencontré des centaines de Pakistanais qui étaient ravis de pouvoir enfin voter en toute conscience.
Je ne m'attends certainement pas à une révolution du jour au lendemain, mais pour un changement positif, nous devons d'abord reprendre notre pouvoir d’influencer les élections.
Peu de Pakistanais croient que le système actuel peut améliorer leur vie, et c'est dangereux. Restaurer ce déficit de confiance envers nos représentants est de notre responsabilité sociale collective et NOTA était un petit pas dans ce sens. Il y en a beaucoup qui ne voteront pas du tout en 2018 et c'est tout aussi dommage parce que le changement ne peut pas se faire sans participation, mais comment participer quand vous n'avez pas d'options ? Multiplier les propositions identiques n’est pas une évolution. Que disait Einstein du fait d’attendre des résultats différents à partir des mêmes actions ?
A l'audience, la justice a demandé pourquoi la Commission électorale n'avait pas mis en œuvre le plaidoyer du Parti des travailleurs Awami (AWP) pour inclure NOTA sur le bulletin de vote en 2013, et pourquoi personne n'avait fait appel à la Cour suprême pour appliquer cette décision. C'était une bonne question, mais mon cas n'était pas lié à l'AWP. J'avais demandé au LHC de pouvoir appliquer mon droit à NOTA, car c'était mon droit fondamental de choisir mon candidat. Laissez les gens se pourvoir en appel s’ils veulent s’opposer à ce que ce soit droit essentiel. Le juge de la cour suprême n'a pas été intéressé par l'inclusion symbolique de NOTA, mais il a ratifié le fait que l’existence d’une case NOTA ayant une incidence sur le résultat du vote devait être prise en considération au cours des prochains mois.
Le rôle de l'Amis curiae [Ami du tribunal, ici l'ancien procureur général Salman Aslam Butt, chargé d'aider le tribunal à faire observer que l'affaire est d'importance publique et renforcerait la confiance du public dans le processus électoral] a été ... curieux. Il a d'abord manipulé le tribunal en liant NOTA au vote obligatoire, ce qui n'avait absolument rien à voir avec notre plaidoyer. Ensuite, il a soutenu qu'il y avait une affaire en suspens à la Cour Suprême concernant NOTA, dont le verdict devrait être entendu avant que le tribunal ne rende sa décision. Ceci s'est conclu par une impasse...
Les législateurs entrent en conflit d’intérêt lorsque l’on aborde cette question et c’est pourquoi les tribunaux doivent décider de ce qui constitue un droit fondamental lors du choix d’un représentant. Doit-on se contenter de ce qu’offrent les partis politiques? Les partis politiques font-ils vraiment leur choix dans l'intérêt du peuple et la cour devrait-elle laisser ce choix aux dirigeants des partis politiques?
Ce serait un changement bienvenu si les droits des masses étaient considérés comme primordiaux dans l'interprétation de la loi et des procédures qui semblent être pour notre bien. Il faut du courage pour aller dans la bonne direction, initier le changement et la réforme. Je n'ai pas perdu espoir et je continue de prier pour que NOTA soit inclus dans les bulletins de vote."

Lire le texte en version originale

 

DEFENSE DU VOTE BLANC AU PAKISTAN (2) - 19 juin 2018

UNE CASE "AUCUNE DES OPTIONS CI-DESSUS" (NOTA) SUR LES BULLETINS DE VOTE - SYMBOLIQUE OU CONSEQUENT ?

Deuxième volet de la plaidoirie de Nilofer A Qazi.
 

"Une fois de plus, nous avons l'occasion de demander aux tribunaux d'ordonner à la Commission électorale du Pakistan de faire figurer l'option NOTA sur les bulletins de vote en 2018. La question de savoir ce qu'est vraiment NOTA a été réglée maintenant. C'est un droit fondamental de l'électorat dans une démocratie de choisir d'accepter ou de rejeter les candidats proposés sur le bulletin de vote.
La question de savoir si l’option NOTA devrait rester symbolique ou porter à conséquence est secondaire. Que NOTA obtienne la majorité des votes de l'électorat dans n'importe quelle circonscription, ou non, est une discussion digne d'intérêt.
Le Pakistan n'a jamais eu de case NOTA sur ses bulletins de vote et maintenant les hautes cours de Sindh et de Lahore considèrent la question à l'approche des élections : cela amène quelques réflexions sur les directives de l'ECP (Commission électorale pakistanaise).
Il faut du temps pour que les gens comprennent et mesurent les conséquences d’une nouvelle disposition. NOTA, actuellement, ne fait pas partie du lexique politique pakistanais et l'électorat n'est pas conscient de son pouvoir et de ses conséquences. Après les directives de la cour, un temps d’intégration est nécessaire pour diffuser l'information auprès de l'électorat et pour que les gens puissent poser des questions et apprendre de quoi il s’agit.
Dans le contexte actuel, où les médias sont extrêmement sélectifs quant aux nouvelles et aux informations qu'ils jugent dignes d’être données au public, la décision de l'honorable Cour n'accorde que quelques semaines pour que les gens puissent connaître et être informés sur l'introduction de la case NOTA.
Faire connaître cette option nécessite des efforts ciblés, des ressources et, surtout, du temps. La réalité de l'électorat pakistanais est qu'il est alimenté à la télévision ou par le bouche à oreille. De manière plus significative, les votes reposent sur un système de “baradari” (fraternité de caste) plutôt que sur des personnes exerçant leur droit constitutionnel en tant qu'individu à titre privé dans un scrutin secret.
Par conséquent, il serait imprudent de supposer que si NOTA figurait sur les bulletins de vote en 2018, sans une campagne appropriée pour l'expliquer, cela aurait un effet significatif sur les résultats. Au contraire, son inclusion sans campagne concertée à ce sujet peut avoir des implications négatives. NOTA en tant qu'option sur les bulletins de vote légitimera tout gagnant parce qu'il aura permis à l'électorat de rejeter les candidats proposés.
Par conséquent, je prierais l'honorable Cour de demander à l’ECP d’inclure NOTA à nos bulletins de vote en 2018, mais gardez la symbolique, jusqu'à ce que nous voyions une participation accrue au processus électoral et qu’une campagne informant l'électorat à propos de NOTA en tant qu'option sur les bulletins de vote soit mise en place. Un public informé sur les implications et le pouvoir de NOTA est tout aussi important.
Pour que NOTA soit reconnu, il doit être matérialisé par un symbole de sorte que le public le reconnaisse comme il le fait quand il voit le logo d’un parti.
Nous espérons que les médias et les activistes sociaux impliqués dans l'approfondissement des principes et actions démocratiques discuteront et informeront les millions de Pakistanais mécontents, effectivement privés de leurs droits et frustrés, que NOTA est une option sur les bulletins de vote et qu'ils peuvent l'utiliser si nécessaire.
L'approfondissement de la démocratie prendra du temps et il est prudent de faire de petits pas dans la bonne direction plutôt que de regretter les conséquences imprévues venant de ceux qui sapent régulièrement la volonté de réforme. NOTA va légitimer les gains des candidats à plus d'un titre étant donné que l'électorat aura, pour la première fois, l'opportunité d'opposer son veto aux « élus », un instrument extrêmement puissant. Nous avons besoin que cette information soit largement diffusée au moment de faire figurer NOTA sur les bulletins de vote.
En même temps que ma requête auprès de la Haute Cour de Lahore, une autre pétition a été déposée à la Haute Cour du Sindh, demandant également la case NOTA sur le bulletin de vote. Cela montre clairement qu'il y a des gens à travers le Pakistan qui réfléchissent à comment améliorer et renforcer notre contrat social avec nos représentants politiques dans un cadre démocratique sans ignorer les « réalités du terrain » de la gestion du processus électoral.
Le Pakistan est une société prémoderne où le pouvoir individuel d’action n'est pas nécessairement utilisé et n'est pas nécessairement la base sur laquelle les décisions sont prises. Par conséquent, en gardant cela à l'esprit, des étapes et des options progressives pour l'électorat doivent être introduites.
Mais à côté de cette réforme cruciale, il est impératif de sensibiliser à cette option. L'électorat doit être mis au courant de NOTA après les bulletins de vote, en option, pour eux et les encourager à utiliser ce droit fondamental, s'ils le jugent nécessaire.
La démocratie participative renforce notre contrat social avec l'État. Elle légitime les candidats sur le bulletin de vote, aussi un électorat informé est-il également essentiel - cela prendra du temps. C’est pour cela que l’introduction de NOTA sur le bulletin de vote est un pas en avant. Symboliquement.

Lire le texte original


 

DEFENSE DU VOTE BLANC AU PAKISTAN (1)- 15 juin 2018

MON VOTE, MON CHOIX

De Nilofer A Qazi, militante des droits de l'homme. Elle écrit ce premier volet au moment où a été déposée devant la Haute Cour de Lahore une pétition pour l'introduction d'une case NOTA (Pour aucun des candidats ci-dessus) sur les bulletins.

"La discussion sur l'option « aucun de ces choix » ou NOTA, sur le bulletin électoral pakistanais commence enfin à soulever les passions. Il est essentiel que ce droit fondamental accordé aux citoyens du Pakistan ne soit pas considéré négativement par notre société. Voter NOTA n'est en rien équivalent à ne pas voter du tout. Au contraire, dans un pays où le système baradari domine les principes démocratiques de l'État, il est impératif de mieux comprendre notre droit absolu à choisir. Lorsque la constitution du Pakistan donne à l'électorat le droit fondamental de voter, cela ne se restreint pas à choisir entre les candidats qu’elle lui propose.
L'absence d'une reconnaissance officielle de ce droit fondamental prive de leurs droits les démocrates du Pakistan, qui risquent alors de sortir du processus électoral. Cela perpétue le principe binaire qui consiste soit à voter pour quelqu’un soit à s’abstenir. Ce n'est rien de plus qu'un déni de justice, dans une société déjà injuste.
Le contrat social de l'Etat avec ses citoyens doit être renforcé et l'introduction de cette loi fera exactement cela. Si nous examinons la multitude de problèmes auxquels le Pakistan est confronté, nous pouvons clairement voir que les réformes n'ont pas été mises en œuvre assez rapidement, conduisant à un système politique stagnant. Certaines questions nécessitent une attention immédiate et nous avons besoin de leaders forts qui n'ont pas peur d'apporter les changements qu'ils jugent nécessaires pour surmonter nos difficultés.
En tant que vrai démocrate, je ne serai pas privée de mes droits. Je ne serai pas obligée de voter pour des gens auxquels je ne crois pas, ou pour des représentants publics qui continuent d'être mis au pouvoir mais déçoivent à chaque fois. Comme aucune des options qui me sont présentées ne semble viable, j'aimerais que mes droits fondamentaux me soient accordés : moi-même, ainsi que tous les Pakistanais qui se trouvent face à la même impasse que moi, devrions bénéficier de l'option NOTA.
En 2012, une pétition visant à inclure NOTA sur les bulletins avait été ratifiée à la fois par la Commission électorale du Pakistan (ECP) et par la Cour suprême. Cependant, seulement deux semaines avant les élections de 2013, il a été mystérieusement retiré du scrutin, et maintenant j'espère sincèrement que l'ECP et les tribunaux n'ignoreront pas les droits du peuple pour un deuxième cycle électoral consécutif.
Je ne cherche pas de nouveaux droits. Tout ce que je demande, ce sont mes droits démocratiques en tant que citoyenne du Pakistan. Si NOTA enregistre avec succès 51% du vote électoral, cela obligera l'état à agir et à mettre en œuvre des réformes dans un cadre démocratique et aboutira à une victoire pour tout le peuple du Pakistan. Cela encouragera une plus grande partie des gens à voter, et permettra à leurs opinions d’être entendues par les responsables. Voilà un vrai progrès.
J’habite à Islamabad mais j'ai aussi passé une grande partie de ma vie au Baloutchistan et au Khyber Pakhtunkhwa. Pendant mon séjour dans ces provinces, je suis tombée sur de nombreuses circonscriptions où un candidat unique avait été nommé. Lorsqu’il se trouve dans ce type de cas, le peuple pakistanais se voit refuser le concept élémentaire de choix ainsi que son droit de préférer ne pas voter pour les options qui s'offrent à lui.
Dix-huit pays à travers le monde ont officiellement ajouté NOTA à leur bulletin de vote. Dans certains cas, la loi accorde aux citoyens le droit d'écrire eux-mêmes NOTA sur les bulletins et cela est considéré comme un vote légitime. Mon voeu est que, non seulement nous puissions avoir ce droit fondamental, mais que si plus de cinquante pour cent des votants choisissaient NOTA, afin de faire connaître leur mécontentement face au statu quo actuel, ainsi que pour disqualifier le régime en place, cela déclencherait une révolution du système politique de notre pays.
Il n'y a pas de solution rapide à nos nombreux problèmes. Proposer NOTA sur le bulletin de vote est un très petit pas pour l'évolution démocratique du Pakistan, et pourtant il est essentiel. C'est la meilleure façon pour le citoyen lambda d'exprimer son mécontentement à l'égard de l'élite dirigeante et si cela oblige celle-ci à repenser ses politiques récentes, alors c'est un pas de plus dans la bonne direction."

Lire le texte original



 

Vote blanc au Pakistan
RENFORCER LA CONFIANCE DU PUBLIC DANS LE PROCESSUS ELECTORAL

LAHORE: La Haute Cour de Lahore a publié lundi des avis à la Commission électorale du Pakistan et au ministère fédéral de la Justice sur une pétition contestant l'indisponibilité de l'option "Nota" dans les bulletins de vote pour les prochaines élections législatives dans le pays.

Un avocat a déposé la pétition en plaidant que l'option «aucun de ces éléments» ne devrait figurer dans les bulletins de vote, car cela renforcerait la portée de l'expression politique et la confiance du public dans le processus démocratique.
Le conseil de l'avocat Sheraz Zaka a soutenu que l'inclusion de l'option de Nota dans les bulletins de vote était un droit fondamental de tout citoyen en vertu de l'article 19-A de la Constitution, qui reconnaissait la liberté d'expression.


parle d’une avocate : Huma Ejaz ZamanarticleUn autre


Il a souligné que des pays comme l'Inde, les États-Unis, le Bangladesh, l'Espagne, la Colombie, la Russie et le Chili ont fourni l'option Nota dans leur système électoral.
Il a fait valoir que les personnes qui normalement ne votaient pas seraient également engagées dans le processus politique et exerceraient également leur droit de vote. Il a ajouté que l'ajout de l'option Nota assurerait la crédibilité, renforcerait la responsabilité et la transparence du processus électoral.
Un avocat qui comparait au nom de l'ECP s'est opposé à la pétition en faisant valoir qu'aucune disposition de la loi électorale de 2017 ne prévoyait l'inclusion de l'option «aucun de ces éléments».
Le juge Shahid Karim a ordonné à l'avocat de l'ECP de soumettre une réponse écrite et a également publié un avis au ministère de la Justice pour le 12 juin.
Le juge a également nommé l'ancien procureur général Salman Aslam Butt amicus curiae (ami du tribunal) pour aider le tribunal à faire observer que l'affaire était d'importance publique et renforcerait la confiance du public dans le processus électoral.
Publié dans Dawn, 5 juin 2018                                                        
Lire l’article en version originale.



 

UNE DEMOCRATIE ELECTORALE EN PLEIN ESSOR

Le Pakistan ne serait donc pas une simple dictature berceau du terrorisme. Rien n'est encore parfait au Pakistan ni même encore vraiment satisfaisant dans la vie démocratique du pays, mais le débat est vif, innovant et les progrès sont sensibles. Le quotidien Le Monde note ces améliorations encourageantes à l'occasion des législatives de mai 2013.

Après l'extrait du Monde, vous trouverez des éléments du débat au Pakistan pour que les électeurs puissent rejeter l'ensemble des candidats et que ce vote blanc (NOTA) ait un pouvoir de sanction.

"Les bonnes nouvelles venant du Pakistan sont si rares qu'il ne faut pas bouder son plaisir quand elles surviennent. Samedi 11 mai, le "pays des purs", cet enfant malade d'Asie du Sud dont les turbulences ne cessent d'inquiéter, cette machine à fabriquer du djihad à l'ombre d'officines aux jeux occultes, a prouvé à la face du monde qu'il était aussi capable de démocratie.

L'heureuse surprise vient démentir bien des scénarios apocalyptiques. A l'occasion d'élections législatives jugées "historiques" – car sanctionnant la première transition constitutionnelle entre deux gouvernements élus – les Pakistanais se sont déplacés en masse. Parfois au péril de leur vie. Les insurgés talibans avaient fait parler la poudre pendant la campagne. Parce que la démocratie est à leurs yeux "non islamique", ils voulaient torpiller le scrutin. En bravant leurs menaces, les électeurs pakistanais ont montré quel prix ils attachaient à leur bulletin de vote."

Lettre d'une juriste au commissaire en chef des élections (avril 2013)

 

A Mr. Fakhruddin G. Ebrahim, Commissaire en chef des elections au Pakistan

Votre Honneur,

En tant que citoyenne pakistanaise impliquée, ainsi que jurist de profession, j’ai le sentiment que notre bulletin de vote ne permet pas aux masses d’exercer leur droit de vote dans son esprit véritable. Nous voyons les mêmes éligibles, les mêmes visages, les mêmes noms. Le temps a refusé d’écarter ces éléments.

Je suggère donc de rajouter sur les bulletins une case de plus à choisir par les électeurs. Ce pourrait-être : POUR AUCUN D’EUX. Un score de 50% pile de NOTA disqualifierait les candidats de cette circonscription particulière pour une période de 10 ans. Les partis devraient présenter de nouveaux candidats pour de nouvelles élections dans la circonscription à une date ultérieure.

Je crois qu’en employant ce codicille nous irons loins dans le choix des représentants dans l’esprit de la constitution.

Cordialement.

Yasmeen Ali
Attorney-at-law
Lahore.

 

 

 Lire le texte original

 

 

LES BULLETINS DOIVENT AVOIR UNE COLONNE ‘NONE OF THE ABOVE’

Islamabad. Pour les élections à venir, plus de 80 millions d’électeurs dans le pays auront un nouveau choi x - pour la première fois, ils auront la possibilité de rejeter tous les candidats  de leur circonscription électorale en remplissant la colonne ‘pour aucun des candidats’ (NOTA) de leur bulletin. Le changement est susceptible d'être inclus dans les bulletins de vote pour les prochaines élections générales. Dans cette nouvelle configuration, à la toute fin du bulletin contenant les noms ainsi que les symboles des différents candidats, il y aura une colonne NOTA. Si quelqu’un pense qu’aucun des candidats n’est assez qualifié pour représenter la circonscription à l’assemblée nationale, tout ce qu’il aura à faire sera de cocher la case NOTA. Si la majorité de l’ensemble des électeurs opte pour NOTA, les candidats établis seront automatiquement rejetés et une nouvelle élection organisée, jusqu’à ce qu’un net vainqueur n’émerge de cette compétition. Les implications sont intéressantes pour tout dire. Par exemple, si dans une circonscription de 60 000 électeurs un candidat obtient 20 000 suffrages, il aura de grandes chances de gagner l’élection plus tôt.

Yasmeen Ali Yasmeen Ali

Toutefois, si 20 001 électeurs cochent la case NOTA, cela impliquera que les résultats seront annulés, d’autant plus si les autres candidats n’ont pas du tout été capables d’enregistrer des scores significatifs. Selon les responsables de l’ECP (commission électorale du Pakistan), le commissaire en chef des élections par intérim Justice Mian Shakirullah Jan a constitué un comité de pilotage pour dégager des propositions concrètes qui pourraient être mises en œuvre dans les prochaines élections générales. Mené par le secrétaire par intérim, la commission réunit aussi bien des commissaires aux élections de province que différents officiels de l’ECP. Des colonnes ‘NOTA’ existent déjà dans certains pays et la commission envisage d’étudier tous les modèles existant avant de présenter ses propositions finales. (…)

Published in The Express Tribune, June 19th, 2012.


Date de création : 09.12.2012 @ 23:10
Dernière modification : 30.05.2013 @ 00:06
Catégorie : Pour approfondir - Le vote blanc à l'étranger
Page lue 6906 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Réseaux sociaux


 

youtube.jpeg
 
Nos collections sonores
A ECOUTER !

Collection n° 2 - Expression, vote blanc (2018)
(De quoi s'agit-il ?)




Collection n°1 - Approfondissement du domaine du vote (2016-2017)
(De quoi s'agit-il ?)



 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach.jpg

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: