Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Un homme, une voix. L’équation simple s’impose à nous avec la force de l’évidence. L’égalité devant l’urne électorale est pour nous la condition première de la démocratie, la forme la plus élémentaire de l’égalité, la base la plus indiscutable du droit. »   Pierre Rosanvallon (Le sacre du citoyen)

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 1022189 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Cuba
LE VOTE BLANC EN DICTATURE
 
Plus bas, l'analyse de l'universitaire américaine Chiara Superti.

 

LEGISLATIVES 2018: APPEL A
COMPTABILISER LES BULLETINS BLANCS


Dimanche 11 mars 2018, des élections législatives ont lieu à Cuba, consultation électorale qui constitue une nouvelle étape vers la fin de l'ère Castro. Ces élections ne sont pas encore libres. C'est pourquoi un mouvement de citoyens, Cuba Decide, s'est formé pour réclamer que les bulletins blancs soient pris en compte. Leur demande n'aura pas été acceptée, mais cela confirme que le vote blanc réellement actif est un élément indispensable à une démocratie saine.

Voici l'appel de Cuba Decide: "Cuba Decide est une initiative citoyenne non partisane et plurielle qui exige la réalisation d'un plébiscite permettant aux Cubains de décider s'ils veulent passer à un système pluriel et démocratique, arbitrairement interdit par la Constitution actuelle (...) Les promoteurs de la campagne Cuba Decide ont présenté dans les bureaux de vote de plusieurs des 14 provinces du pays une demande officielle pour réclamer que les bulletins blancs, les bulletins de vote qui ne sont pas émis en faveur de les candidats, qui sont émis en faveur de l'achèvement du plébiscite de Cuba Decide et qui sont généralement déclarés nuls, soient comptés comme des votes valides. Cette demande est présentée en vertu de l'article 103 de la loi électorale."
Accéder au site de Cuba Decide



Une entrevue avec le professeur Chiara Superti
17 avril 2017 par Helvidius Group

Lire le texte original

La professeure Chiara Superti est chargée de cours en sciences politiques et directrice du programme de maîtrise au Département de science politique de l'Université de Columbia. Avant Columbia, Chiara a obtenu son doctorat en mai 2015 du Département du gouvernement (GSAS) de l'Université Harvard, affiliée à l'Institut des sciences sociales quantitatives (IQSS). Son travail se concentre sur une variété de sujets tels que le vote non conventionnel, la corruption politique, les attitudes politiques des immigrants, et la politique électorale en Europe du Sud, en Amérique latine et en Israël. Après avoir terminé son travail de doctorat, le professeur Superti a reçu le poste de membre du Collège au Département du gouvernement de l'Université Harvard.
La rédactrice en chef adjointe Inga Manticas s'est récemment entretenue avec le professeur Superti au sujet de ses recherches sur les modèles de vote non conventionnels à Cuba et en Espagne. La transcription suivante, compilée par Manticas, a été éditée pour plus de clarté.

 

Pourriez-vous me parler un peu de votre travail le plus récent sur le vote non conventionnel?
Récemment, j'ai collaboré à un projet sur le vote à Cuba. Dans ce travail que je mène avec Ángela Fonseca de la Pontificia Universidad Javeriana et Jorge Domínguez de l'Université de Harvard, nous utilisons des données sur le « vote non conventionnel » pour mesurer les différentes attitudes des citoyens à l'égard du régime.
Beaucoup de personnes à Cuba ont utilisé le vote blanc, le vote nul ou ce que nous appelons le « vote sélectif » quand ils ont voté. Nous interprétons ces pratiques comme un signe général d'opposition, mais de types différents. À Cuba, pour les élections nationales, le nombre de candidats est le même que le nombre de sièges à l'Assemblée. Donc, tout le monde est élu. Le bulletin contient l'option de choisir "voter pour tout le monde" ( Voto Unido ). Ce que le gouvernement veut vraiment, c'est que les électeurs cochent cette case, afin qu'ils votent automatiquement pour tout le monde.
Et donc, pendant très longtemps, il était très important pour le gouvernement que tout le monde suive ce genre de vote ( voto unido ) et l'élection était une forme de référendum de soutien au gouvernement en cours. Cependant, au cours des 20 dernières années, les gens ont voté de plus en plus pour certains candidats qui n'étaient pas sur la liste plutôt que pour tout le monde. C'est ce que nous appelons le « vote sélectif ». Les autres types de pratiques de vote que nous incluons dans la catégorie des « votes non conventionnels » sont les suivants : laisser le bulletin de vote complètement vide ou l'annuler délibérément, par exemple en le dessinant ou en rédigeant une déclaration expressive. Ensemble, toutes ces méthodes ont atteint environ 20% des voix, ce qui est considérable.

Y a-t-il eu des difficultés à obtenir ces données ?
 Eh bien, les données étaient publiques; c'était sur le journal officiel du parti communiste cubain et d'autres sources publiques. Le problème était qu'il n'y avait pas beaucoup de données fines, en particulier pour le vote blanc et nul où il n'y a pas de données au niveau municipal ou de district mais seulement au niveau provincial. Cela a considérablement limité le type d'analyse que nous pouvions effectuer à ce sujet.
Dans l'autre étude, au contraire, lorsque nous examinons la part des votes des candidats, nous avons effectué une analyse au niveau des candidats. Il y a environ 600 candidats ...

Le problème est de savoir si nous pensons ou non que les données déclarées officiellement sont valides. Certaines personnes peuvent avoir des doutes sur la qualité et la crédibilité des données. Nous avons donc fait une analyse statistique - il y a des méthodes statistiques pour vérifier s'il y a un signe évident de manipulation électorale - mais nous n'avons trouvé aucun signe clair de manipulation des données.

Peut-être que cela sort du cadre de votre recherche, mais prévoyez-vous des différences majeures dans le vote ou le comportement politique en général à Cuba en raison de la transition dans leurs relations avec les États-Unis ?
Oui, c'est intéressant. Je ne suis pas sûre. Si l'ouverture se poursuit - et on ne sait pas très bien quel sera l'impact de l'élection du président Trump -, le vote sélectif pourrait augmenter un peu.
Il y a de la littérature récente en science politique qui prétend que les régimes autoritaires sont prêts à accepter un peu plus de dissidence lorsque cette dissidence fournit une sorte d'information utile. Et donc un certain niveau de critique est autorisé. Par exemple, certains de mes collègues ont réalisé un travail très intéressant sur la Chine (King, Pan et Roberts, 2013) qui porte sur la censure en ligne en Chine. Ils ont constaté que ce qui tend principalement à être censuré en ligne n'est pas tant la critique du régime que l'appel à toute forme d'action collective.
En ce sens, le vote sélectif donne un peu d'information au régime sur ce que les candidats font le mieux. L'élément clé qui nous manque dans notre travail, parce qu'il n'est pas facile à trouver et qu'il est peut-être trop tôt pour le chercher, est de voir s'il y a des conséquences à recevoir moins de votes. Par exemple, est-ce que les candidats qui obtiennent moins de soutien, des pourcentages de vote plus bas, à long terme, sont punis par le régime ? Le parti dit-il, 'vous n'êtes pas un bon candidat, vous n'allez plus concourir' ? Il est trop tôt pour voir si c'est vrai, mais ce serait une preuve que le régime laisse passer un peu de contrôle pour recueillir de l'information et l'utiliser ensuite.

Alors, quelles sont vos prochaines étapes dans vos recherches sur le vote ?
En ce moment j'essaie de mieux comprendre les déterminants du vote non-conventionnel et de la protestation plus généralement. Quel genre d'expériences rend les individus plus susceptibles d'utiliser la protestation comme une forme d'expression politique ? Par exemple, je regarde le cas d'Israël, qui est un autre pays sur lequel je travaille, et j'essaie de comprendre si l'exposition à la violence affecte la participation politique, et en particulier les comportements comme le vote non conventionnel et la protestation politique.