Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/8/d448996366/htdocs/vb/inc/hpage.inc on line 429
 
Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe, c'est dire noir sur blanc le refus d'être coincé par des choix imposés.   Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés aux votes nuls. Où en est-on avec la démocratie ?   Je souhaite que l'on explique pour quelles raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »   Henri Cartier-Bresson Le Monde, 1995


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/8/d448996366/htdocs/vb/inc/hpage.inc on line 429

Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/8/d448996366/htdocs/vb/inc/hpage.inc on line 429
Menu page d'accueil
Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.


Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats


EDITION 2019

Premier candidat: Laurent Joffrin. " Que veulent-ils ? Dans quel sens amender l’action gouvernementale pour les écouter ? Mystère. Un bulletin blanc est un bulletin muet. Quand on ne dit rien, peut-on obtenir quelque chose ? " Libération 10 janvier 2019
Deuxième candidat: Jean-Louis Bourlanges, député MoDem: "La popularité croissante du vote blanc est significative de la puissance grandissante de deux pulsions psychosociales à l'oeuvre dans notre pays: l'égocentrisme et le négativisme" L'Obs, 17 janvier 2019.
Troisième candidate, une candidate ! Julia de Funes (philosophe): « Descartes se trompait en disant "Cogito ergo sum " En France, c’est " Deploro ergo sum " ». FigaroLive, 12 février 2019.
Quatrième candidat. Olivier Duhamel (politologue): Les bulletins nuls sont le vote des "alcooliques graves". FigaroLive, 12 février 2019.
Cinquième candidat. Philippe Moreau-Chevrolet (communicant): " Institutionnaliser le vote blanc revient à dire que l'on va voter pour ce que l'on croit vraiment, c'est-à-dire pour rien." RTL, 3 mars 2019
Sixième candidat: Eric Ciotti, député LR. Le vote blanc, "est-ce que ça va apporter du pouvoir d'achat à ceux qui en manquent ?", RTL 10 mars 2019. Est-ce que le droit de voter accordé aux femmes a-t-il augmenté le pouvoir d'achat de qui que ce soit. Les "Gilets jaunes" n'ont pas simplement demandé plus de pouvoir d'achat mais aussi d'être entendus.


EDITION 2018

Lauréat: Richard Ferrand. "Le vote blanc pourrait être un mouvement de dévoiement de la démocratie où tous les ronchons de la terre pourraient venir tout simplement s'opposer à tout et faire vivre leur insatisfaction perpétuelle. Ne souhaitons pas cela à notre démocratie et à nos citoyens. Ne les incitons pas démissionner ou à nier au fond la capacité à choisir, faisons-en plutôt des candidats." Les électeurs  sont, pour celui qui depuis est devenu président de l'Assemblée, de mauvais citoyens, des aigris, des déserteurs, des frustrés qu'il faut éduquer.
 

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2019

Européenne

26 mai: 1 076 833 (4,5%)

Rappel

Européennes 2014
792 132 blancs et nuls (4,1%)
Présidentielle 2017

1er tour: 0 944 733 (2,55%)
2nd tour: 4 085 724 (11,52%)

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 1216937 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Lecture de Mon nom est rouge d'Orhan Pamuk

LE VOTE FACE A L’INDIVIDUALISATION DANS NOTRE SOCIETE
Emmanuel Macron en a peur. Est-ce raisonnable ?
 
Le roman Mon nom est Rouge d’Orhan Pamuk se situe à Istanbul à la fin du XVIè siècle. L’histoire se déroule dans les ateliers de peintres qui composent pour le sultan. Cette communauté doit faire face à une pratique nouvelle qui se répand dans l’occident de la Renaissance, la réalisation de portraits ressemblants et la signature des tableaux par leur créateur. Cela commence à diviser les artisans de l’Empire ottoman. L’un d’eux répond à la question qu’on lui pose sur ce sujet par trois contes. Dont celui-ci :
 
Résultat de recherche d'images pour "mon nom est rouge prix nobel"
 
Djim
 
« Dans sa volumineuse Histoire, Rashiduddîn de Qazvîn, il y a de cela deux siècles et demi, se félicite de pouvoir écrire que dans sa ville, à son époque, l’enluminure, la calligraphie et la miniature étaient les arts les plus prisés. Le shah d’Iran, dont la cour était justement à Qazvîn, suzerain de quarante royaumes, de Byzance à la Chine (et le secret de sa puissance, sans doute, résidait dans son amour de la peinture), se trouvait cependant n’avoir pas d’enfant mâle. Pour éviter que ces royaumes qu’il avait subjugués ne fussent, à sa mort, dispersés, il résolut de trouver pour sa fille un mari, et qui fut peintre de surcroît ; il ouvrit donc un concours entre les trois peintres de son atelier qui s’avéraient être à la fois talentueux, jeunes et célibataires. S’il faut en croire Rashiduddîn, l’épreuve était fort simple : à qui produirait la plus belle miniature ! Tout comme notre historien, les trois jeunes savaient que cela signifiait « peindre comme les maîtres anciens » et tous trois représentèrent la scène favorite de leurs modèles : dans un jardin paradisiaque, au milieu des cèdres et des cyprès, parmi les hirondelles fébriles et les lièvres craintifs, une jeune beauté, les yeux baissés, se pâme d’angoisse et d’amour. De ces trois peintres, qui tous, sans s’être concertés, en reproduisant exactement le modèle classique, avaient produit le même tableau, un seul, le plus désireux de se voir distinguer, mais également afin d’ajouter une marque de propriété à la simple beauté de son œuvre, dissimula, dans le fouillis de narcisses et de glaïeuls qui occupaient un coin reculé du jardin, sa signature. Cette insolence, si contraire à la tradition d’humilité des maîtres anciens, lui valut d’être immédiatement exilé au fin fond de la Chine et l’on organisa un deuxième concours pour les deux peintres restants. Ceux-ci, cette fois, représentèrent, chacun de son côté, une scène belle comme un poème : cavalière sur son palefroi, au milieu d’un jardin de rêve. Mais l’un des deux peintres – sans que l’on sache si son pinceau avait glissé, ou s’il était conscient de ce qu’il faisait – fit à la blanche monture que montait la belle – celle-ci avait bien sûr les yeux bridés, et les pommettes saillantes comme une Chinoise – des naseaux d’une forme insolite : ce défaut blessa aussitôt les yeux du père comme de la fille. Car s’il est vrai que ce peintre n’avait pas signé de son nom, il avait introduit, dans son œuvre superbe, un très habile défaut, au niveau des naseaux du cheval, qui lui permettait de se distinguer. Le Shah déclara que le style est le rejeton de l’erreur, et il exila ce peintre à Byzance. Il y a un dernier détail intéressant dans cette histoire relatée par Rashiduddîn : au cours des préparatifs du mariage entre la princesse et le dernier peintre, celui qui avait peint selon la norme classique, sans faire d’écart ni mettre aucune signature, la fille du Shah resta prostrée, pendant tout un après-midi, à scruter douloureusement cette image peinte par le peintre, qui était jeune et beau, et qu’elle devait épouser le lendemain. A la nuit tombante, elle s’en fut voir son père et lui dit : « Il est vrai que les maîtres anciens représentent toujours les belles jeunes filles en Chinoises, et c’est une règle absolue, qui nous vient d’Orient, dit-elle, mais quand ils étaient amoureux, quelque part, dans les yeux, les sourcils, les lèvres, les cheveux, le sourire, voire jusque sur les cils de la beauté qu’ils dessinaient, ils déposaient toujours quelque chose, une trace de leur bien aimée. Ce défaut caché, ajouté au tableau, était un signe de reconnaissance, un secret partagé par les seuls amants. Papa, j’ai regardé toute la journée cette image d’une jeune fille à cheval, et il n’y a pas la moindre trace de moi ! Ce peintre est sûrement un grand maître, et de surcroît un beau jeune homme, mais il n’est pas amoureux de moi. » Alors, le Roi annula les noces, et le père et la fille vécurent ensemble tout le reste de leur vie. »
Résultat de recherche d'images pour "orhan pamuk"
Orhan Pamuk
Aujourd’hui, nous ne concevons plus l’art sans la personnalisation de l’auteur. On doit pouvoir rédiger des thèses sur les plus grands pour mieux comprendre leur œuvre, la leur et pas celle d’un autre. Depuis la Renaissance, cette tendance à la mise en avant de la personne s’est étendue à une part de plus en plus grande de la population. C’est même devenu le droit à être identifié. On n’est plus étonné que, par exemple, dans les radios et les télévisions, on nous annonce le nom de celui – ou celle, l’écriture inclusive participant de ce phénomène - qui tenait le micro pendant le reportage. C’est le fruit de revendications syndicales.
Ceux – et celles – qui n’y ont pas droit, ce sont les électeurs. Qu’ils écrivent sur le bulletin – une sorte de signature – et leur bulletin est « exilé au fin fond de la Chine ». Qu’ils ne fassent pas comme les grands maîtres ont décidé – gouvernants, constitutionnalistes, états-majors des partis – en votant blanc, les voilà exilés à Byzance.
Emmanuel Macron, le 25 avril 2019, a justifié son refus du vote blanc en déclarant que celui-ci représentait un danger pour nos institutions par l’affaiblissement de la légitimité des élus. La lecture du vote blanc d’Emmanuel Macron est proche du rejet de l’individualisation des artistes dans le roman d’Orhan Pamuk : « Le premier conte veut montrer que le ‘style’ n’est qu’une erreur. [« blanc ne résoudra aucun problème. (1) »] Ensuite, le deuxième conte démontre qu’une peinture parfaite n’a pas besoin de signature. Finalement, le troisième conte démontre conjointement les deux idées que signature et n’expriment qu’un ridicule et naïf orgueil de ses propres défauts. » [« blanc ça ne décide pas, blanc c’est l’agrégation des rejets, des refus, c’est trop facile. » EM] Nous préférons la façon d’appréhender l’avenir de Paul Ricoeur – dont Emmanuel Macron a été l’étudiant : « Mon plaidoyer final sera donc en faveur de la reconnaissance d’une « indétermination dernière quant au fondement du pouvoir de la Loi et du Savoir, et au fondement de la relation de l’un avec l’autre sur tous les registres de la vie sociale » -citation de Claude Lefort, philosophe. La démocratie, (…) c’est le régime qui accepte ses contradictions au point d’institutionnaliser le conflit. »
Il est des phénomènes inexorables. L’individualisation en est un. Aujourd’hui, le Turc Orhan Pamuk signe ses romans, a reçu le prix Nobel. Il touche des droits d’auteur. On trouve cela normal, presque naturel.
. Les peintres de son roman se prendraient en selfie devant la Mosquée bleue. Depuis le début du suffrage universel, l’électeur a gagné en autonomie et maintenant tend à vouloir être reconnu comme un être singulier, un singleton mathématique. Les gouvernements actuels dans presque tous les pays le lui refusent, au nom de traditions, de l’utilitarisme. L’électeur n’est pas parfait parce que voter est un acte de suggestivité, mais c’est ce qui fait la force de la démocratie. Dans le roman d’Orhan Pamuk, il est dit : « Si l’on en croit ce troisième conte, ce qu’on appelle le ‘style’ est le fruit d’une imperfection. »

(1) Entre [.], extraits de l'allocution.

Date de création : 11.08.2019 @ 18:58
Catégorie : Pour approfondir - Littérature et vote blanc
Page lue 19 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Réseaux sociaux


 

youtube.jpeg
 
Le vote blanc en 2019

Européenne

26 mai: 1 076 833 (4,5%)

Rappel

Européennes 2014
792 132 blancs et nuls (4,1%)
Présidentielle 2017

1er tour: 0 944 733 (2,55%)
2nd tour: 4 085 724 (11,52%)

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Nos collections sonores
A ECOUTER !

Collection n° 2 - Expression, vote blanc (2018)
(De quoi s'agit-il ?)




Collection n°1 - Approfondissement du domaine du vote (2016-2017)
(De quoi s'agit-il ?)



 
Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Acheter le livre

Débattre du vote blanc
Acheter le livre


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach.jpg

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: