Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Un homme, une voix. L’équation simple s’impose à nous avec la force de l’évidence. L’égalité devant l’urne électorale est pour nous la condition première de la démocratie, la forme la plus élémentaire de l’égalité, la base la plus indiscutable du droit. »   Pierre Rosanvallon (Le sacre du citoyen)

Pour aller vite
 ↑  
Pour approfondir
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).
 

«Je vote blanc, je vote 'rien', je vote nul, je vote 'rien', je m'abstiens, je ne suis pas dans le coup.» François d'Orcival, président du comité éditorial de Valeurs actuelles. Europe 1, 5 mars 2015. L'éditorialiste met dans le même sac ces trois types de réponse à une élection (qui, selon nous ne sont que deux: abstention et vote blanc - bulletins blancs + bulletins nuls) et en conclue qu'il ne faut pas en favoriser une plus que l'autre. Comme le vote blanc a toujours été associé à une abstention, il n'est pas question aujourd'hui de réfléchir à corriger cette anomalie pour donner plus de subtilité à l'acte électoral. Regrettable pour quelqu'un qui se voudrait un 'phare' intellectuel de la presse.

« It would be too complex and feed an unachievable hunger for the perfect candidate.» Tim Sanders, président de la commission électorale pour l'état du Minnesota, février 2015 (cité dans le blog D.C. Clothesline)

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Menu page d'accueil
Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 11 juin
2nd tour: 18 juin
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 881622 visiteurs

 16 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association

banque de données


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Le suffrage universel est entré en application en France le 24 avril 1848, pour l’élection des représentants à l’Assemblée constituante chargée de rédiger la constitution de la IIè République. Parmi les multiples décisions réglant les questions de détail, aucune n’exclut les bulletins blancs. Pour la première élection d’un président au suffrage universel, ne sont exclus que les bulletins contenant une désignation inconstitutionnelle (décret du 28 octobre 1848).

 

Il faudra attendre la réaction bourgeoise menée par le général Cavaignac pour qu’une telle mesure soit prise (art. 57 de la loi électorale du 15 mars 1849). Elle sera confirmée par un décret de Louis-Napoléon Bonaparte du 2 février 1852, année où le président prend toute une série de mesures pour museler l’opposition lors des élections à venir ; quelques mois plus tard commencera la dictature impériale.
 


Aujourd’hui, l’article L.66 du code électoral reprend cette tradition ( !). « Je vous rappelle que la règle selon laquelle les bulletins blancs ne sont pas comptabilisés parmi les suffrages exprimés est traditionnelle dans notre droit électoral. Elle a été pour la première fois codifiée dans l’article 30 du décret règlementaire du 2 février 1852. » (réponse du ministère de l’intérieur à toute question relative au vote blanc.)

L'institution gouvernementale est donc prise en flagrant délit de méconnaissance de l'histoire de France. Parler de 'tradition républicaine' en faisant référence à un dictateur, c'est soit de l'inconséquence, soit de l'incompétence.

Resized.jpg
Ce dessin accompagne un article sur le vote blanc de Thomas Rawcat sur le site Artslivres.com

 

La défense du vote blanc au début de la IIIè République
 Le 13 juillet 1880, le député Bardou dépose à l’Assemblée nationale une proposition de loi qui fera autorité (elle est citée plusieurs fois dans diverses thèses de droit ainsi que pendant le débat au sénat sur la reconnaissance du vote blanc le 2 mai 1972). Ce texte est, en effet, particulièrement exhaustif et d’une longueur inégalée. Le vote blanc est abordé en ces termes : « (Le gouvernement) sera d’autant plus fort que dans chaque petit village, chaque Français aura sinon réfléchi, du moins été appelé à réfléchir. Peu importe qu’aucun candidat ne convienne, mettre dans l’urne un bulletin blanc c’est voter. » C’est la première fois que ce type de manifestation est reconnu comme ayant à part entière ma qualité d’un vote. Le texte se prolonge : « La conscience de chacun est donc respectée, la liberté ne reçoit pas d’atteinte. » Il apparaît donc clairement que, dans cette proposition, comme dans toutes les suivantes, le vote blanc n’est pas évoqué pour l’expression qu’il représente mais simplement comme la garantie du respect du principe fondamental de la liberté du cotoyen (il en est de même dans l’ensemble des thèses traitant du vote obligatoire). L’expression ‘’mettre un bulletin blanc c’est voter’’ est reprise sans aucune adjonction ni précision dans les propositions de loi du 7 février 1889, du 7 juin 1921 par le député Baréty et du 24 mars 1927. Il faut tout de même noter qu’il n’est jamais explicitement fait référence à la prise en compte dans le calcul de la majorité de ces bulletins.
C’est une proposition de loi du député Jean Victor datant du 26 octobre 1909 qui s’étend particulièrement sur le problème ‘’inique’’ de cette non prise en compte des bulletins blancs et concrétise véritablement la formulation du député Bardoux : « La liberté d’affirmer son opinion, certes, mais il faut quelque chose de plus, il est nécessaire que l’électeur qui s’est déplacé pour aller voter soit certain que le bulletin qu’il a déposé dans l’urne aura une valeur numérique et ne sera plus considéré comme quantité négligeable. Il faut par conséquent abolir cette vieille coutume  de considérer comme nuls les bulletins blancs. Nous voulons forcer l’électeur à venir aux urnes et quand il dépose un bulletin blanc nous viendrons lui dire ensuite qu’il ne compte pas ? Le bulletin blanc est une manière spécifique d’exprimer son opinion (…) Il doit en être fait mention dans le compte servant à exprimer la majorité. Comment notre démocratie a pu arriver jusqu’à nos jours sans faire cesser cette anomalie qui constitue une vraie iniquité ? » Il peut paraître étonnant qu’à la suite de ce plaidoyer virulent il ne soit pas fait mention de cette prise en compte des votes blancs apparemment indispensable dans la proposition de loi qui suit. Celle-ci se limite, en effet, à proposer l’obligation de voter et à organiser la contrainte.
Ainsi c’est une autre proposition, passée inaperçue quoique abondamment argumentée, qui marque – à notre connaissance – la défense pure et dure du vote blanc. Les députés Naquet et Saint-Martin, quelques semaines avant leur collègue Bardoux (22 mars 1880), présentent une série de mesures visant à rendre plus universel l’acte électoral. Il n’est pas question de vote obligatoire mais en revanche, entre autres, de l’intégration des bulletins blancs dans les suffrages exprimés. Page 16 de l’exposé des motifs, on peut lire :
« Tous les bulletins déposés dans l’urne entreront en compte dans le résultat du scrutin et la majorité sera calculée sur le nombre des votants émargés.
Cette innovation repose sur l’idée que l’élu doit réunir, pour avoir la majorité absolue, plus de la moitié des suffrages, des volontés exprimés. Un vote est la manifestation de la volonté de l’électeur qui l’a émis ; que cette volonté se traduise par un bulletin positif ou négatif, elle existe et il n’est pas loisible de la supprimer. En élevant à l’autorité qui vérifie une élection le pouvoir discrétionnaire de déterminer le chiffre de la majorité, suivant qu’elle admet en compte ou rejette un bulletin, ou substitue à l’arbitraire une règle absolue, dont les jurisprudences parlementaire et administrative ne pourront pas se départir. »
Contrairement au député Victor, les deux députés de 1880 concrétisent dans les amendements législatifs qu’ils suggèrent leurs propos. Ils vont même très loin puisque ce sont tous les bulletins sans exception qui doivent être mis à égalité de traitement. Ils prévoient un article 43 à partir duquel « les bulletins inécrits ou illisibles, ceux qui contiennent, soit un signe de reconnaissance intérieur ou extérieur, ceux dont le papier n’est pas blanc, ou dans lesquels les votants se font connaître, sont nuls ; mais ils entrent en compte dans le résultat du scrutin. »


 


Date de création : 06.08.2006 @ 19:00
Dernière modification : 29.05.2011 @ 13:36
Catégorie : Pour aller vite - Petits trucs sur le vote blanc
Page lue 13142 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°4 

par Jeanot le 27.03.2010 @ 18:29

Bonjour, je découvre ce site tardivement aprés les élections régionales de mars 2010 - Je fais à chaques élections mon devoir en usant de mon droit de vote chèremant acquis par nos anciens. Je respecte autant que ce peu les hommes et femmes politiques mais j'aimerais profondément que ceux-ci me respectent et respectent mon choix d'électeur cool et pour paraphraser le dicton : "je pense donc je suis" ... je dis : " je vote donc je voudrais être reconnu" quel que soit mon choix exprimé dans l'urne. confused

Réaction n°3 

par val le 16.03.2010 @ 22:22

Si la majorité des électeurs c'est à dire plus de cinquante pour cent des votants, votaient BLANC, à ce moment là et seulement là, les partis politiques comprendraient qu'ils doivent changer de ligne politique, de candidats et se remettraient en question, chose qui n'arrive pas puisque la majorité des gens votent pour l'un ou contre l'autre...

Réaction n°2 

par marcjean le 10.03.2010 @ 09:13

le vote blanc a t'il un jours été pris en compte ?
j'avais posé la question à quelques connaissances qui n'avaient pu me répondre
je vous remercie de m'avoir éclairci à ce sujet qui me semble t'il est d'une réel importance.
en l'occurence je suis pour sa prise en compte

Réaction n°1 

par Apocryphe le 18.02.2010 @ 00:47

Un vote blanc ou une abstention ne servent à rien d'autre que de donner le pouvoir à ceux que nous ne voulons pas voir nous gouverner à moins que....
Une loi obligeant à comptabiliser les votes blancs, au moins, comme un rejet de la politique proposée par les candidats.
Cest une loi nécessaire afin que le peuple prenne vraiment la parole
Il faudrait exiger que cette loi fasse partie de la constitution.

Voulez vous que cette loi soit votée ?

Si oui Signez la pétition en cliquant sur le lien suivant http://6291.lapetition.be/



Réseaux sociaux


 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)


Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 11 juin
2nd tour: 18 juin
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: