Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe, c'est dire noir sur blanc le refus d'être coincé par des choix imposés.   Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés aux votes nuls. Où en est-on avec la démocratie ?   Je souhaite que l'on explique pour quelles raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »   Henri Cartier-Bresson Le Monde, 1995

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 912702 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

En bas de cette page, vous trouverez un lien vous permettant d'accéder au journal télé de France 3 qui avait couvert cette affaire.

 

En ce 30 janvier 2003, pour la première fois une concession est faite au vote blanc. Certes microscopique, insuffisante, mais c’est une première. Au Sénat, en février 2001, les défenseurs du vote blanc s’étaient liquéfiés et leurs adversaires étaient sortis grand vainqueurs. Cette fois-ci, malgré les critiques totalement opposées au vote blanc formulées par certains participants et après avoir lui-même fait les réserves d’usage sur la prise en compte des bulletins blancs, le représentant du gouvernement, Jean-François Copé, chargé des relations avec le Parlement soutient un verdict positif pour le vote blanc. Ce sont les députés UMP qui ont joué aux mauvais politiciens. Ils vont détourner le contenu de la proposition de loi du groupe UDF demandant d’intégrer les bulletins blancs dans la catégorie des suffrages exprimés pour ne faire voter qu’une simple comptabilisation, sans autre effet, desdits votes. Guy Geoffroy, président de la commission, Pascal Clément, président du groupe UMP – qui s’était prononcé en faveur du vote blanc dans un article de Libération quelques semaines plus tôt – tournent leur veste pour obéir aux ordres du gouvernement mais ne veulent pas se contredire complètement ni mettre en porte-à-faux les députés RPR qui avaient par le passé déposé une proposition en ce sens – notamment Thierry Mariani.

 

LE GOUVERNEMENT FLATTE LE VOTE BLANC

 

Il est temps d’entrer dans le contenu des échanges pour constater que si l’opposition classique ne sort pas véritablement ébranlée, le vote blanc a conquis certains satisfécits. On retrouve d’ailleurs ces deux facettes du débat chez Jean-François Copé qui, en grand professionnel de la politique, sait ménager la chèvre et le chou.

Après avoir récité l’argumentaire standard que ses collaborateurs ont trouvé dans un tiroir du ministère de l’intérieur, il rajoute un paragraphe inédit qui prépare l’adoption de la proposition remodelée par les siens. Et ainsi, on a le plaisird’entendre, au sujet de l’augmentation du nombre de bulletins blancs depuis dix ans : « Ce phénomène nouveau est analysé par les spécialistes comme une ‘abstention participative’ ou une abstention civique .» On est loin du vote blanc décrit comme un vote blanc négatif. Les électeurs ‘blanc’ ne sont plus, eux-mêmes, des ruraux écrasés par la pression sociale : « Les zones géographiques de forte abstention ne sont pas nécessairement celles ou la proportion de bulletins blancs et nuls est élevé. [Cela ressemble beaucoup à notre analyse, voir l’article ‘La répartition du vote blanc (...) 1981-aujourd'hui'  dans la rubrique 'Analyses sur le vote blanc'.] Il y a donc bien des comportements électoraux propres au vote blanc, qui n’est pas l’expression de gens indécis, indifférents ou sans opinion, et qui ne doit pas être non plus confondu avec les erreurs matérielles volontaires ou involontaires, qui caractérisent le vote nul. Le message formulé par des citoyens qui se sont déplacés pour accomplir leur devoir électoral ne peut être considéré comme négligeable. »

Plus tard, le même homme tempère notre enthousiasme. Le vote blanc n’est pas un « vote négligeable » mais il n’a pas la même qualité qu’un bulletin portant le nom d’un candidat : « Toutefois une élection démocratique n’est pas une simple mesure de l’opinion : un scrutin n’est pas un sondage. On ne vote pas pour soi, mais dans l’intérêt de la société. » Il faudra nous expliquer en quoi quelqu’un qui vote pour un candidat parce que celui-ci est contre l’impôt sur la fortune ou promet de faire baisser la délinquance ne choisit pas en fonction d’un intérêt immédiat et personnel. Il ne se soucie pas forcément de l’intérêt plus général de la société qui touche moins directement son quotidien.

Ainsi nous ne sommes pas dupes du discours de J.-F. Copé. C’est un homme politique jeune mais aux idées anciennes. Il reste encore dans la certitude que les partis politiques sont indispensables, infaillibles et qu’une erreur de leur part est toujours préférable à l’expression libre d’un électeur isolé. Il rejette l’amendement demandant le dépôt de bulletins blancs dans les bureaux de vote parce qu’il ne veut pas encourager les électeurs à voter blanc « d’autant que les enquêtes d’opinion nous enseignent qu’ils sont de plus en plus nombreux à ne pas avoir arrêté leur choix la veille du scrutin. » J-F. Copé n’hésite pas à se contredire. Si aujourd’hui ces électeurs qui choisissent dans l’isoloir ne votent pas blanc parce qu’aucun bulletin blanc n’est mis à leur disposition, que mettent-ils dans l’enveloppe ? Le bulletin d’un candidat. Cela veut donc dire que beaucoup de voix portées sur des candidats aujourd’hui n’ont pas pour but l’intérêt de la société mais sont nées de l’indécision. Il faudra que les adversaires du vote blanc arrêtent de vouloir donner un sens à chaque bulletin parce qu’ils se transforment alors en Elisabeth Teissier et tombent dans le ridicule. Nous préférons dire que la force du suffrage universel est de compter toute voix déposée dans l’urne comme valable et égale aux autres et qu’il faut se dispenser de vouloir la coucher sur un divan.

Cette remarque du représentant de l’Etat nous fait revoir d’un autre oeil son passage favorable au vote blanc. Et, en effet, on constate que, selon lui, le vote blanc est digne quand il est l’émanation des partis : « Le vote blanc et nul reste largement motivé par les consignes de vote exprimées par des formations politiques. Il s’explique par le refus du caractère ressenti comme plébiscitaire du référendum, le refus de choisir dans le cadre de scrutins présidentiels – 1969, 1995, 2002 – ou l’hostilité envers une politique dans le cadre d’élections législatives – 1993 et 1997. »

 

L’URNE, BOITE DE PANDORE

 

Si donc il ne faut pas s’illusionner sur la mutation des mentalités de la classe politique, il faut apprécier la nouveauté. Jacques Brunhes, député communiste, et Emile Zucarelli, radical de gauche, ont développé un discours anti vote blanc pur sucre. Le vote final leur a donné tort, ce qui est appréciable et inédit. Le deuxième cité s’est écrié sur la fin : « Ne laissez pas libre expression à la population, ça peut être dangereux pour nous. » Il aurait pu commencer en s’écriant : « Empêchez Prométhée de nous voler le feu, il veut rendre le peuple nos égaux ! »

Si personne ne lui a répondu directement, la réponse se trouve tout de même transcrite dans le compte-rendu de la séance. C’est Pierre Albertini, le maire de Rouen, qui l’a formulée :

« Il y a une différence entre la résignation des représentants et la légitimité de leur action, comme l’ont bien montré les travaux de Paul Ricoeur, d’Alain Touraine et bien d’autres. Il en ressort que la démocratie n’est pas seulement un ‘meccano’ institutionnel, un procédé de répartition des pouvoirs dans les sociétés modernes : c’est une valeur, un combat de tous les instants pour que nos concitoyens se sentent acteurs et pas seulement spectateurs (...) Un élu ne doit pas avoir peur du suffrage universel : s’il s’engage devant ses concitoyens, c’est qu’il en accepte par avance le verdict. »

Le groupe UDF a développé des arguments de fond dans un cadre institutionnel et cela aussi est nouveau. Mais comme on attend toujours plus, on eut aimé plus de résistance. Le début des débats l’avait laissé espéré :

Gérard Vignoble, rapporteur UDF de la proposition de loi : « J’ai vécu, mardi matin, la discussion sur le statut des infirmières, j’ai vécu aussi les différentes étapes de l’examen de la présente proposition en commission des lois. Je tiens à protester contre le mépris qui a été opposé à l’une comme à l’autre initiative du groupe UDF, la seconde proposition ayant été vidée dès le début de tout son sens par l’adoption d’un amendement.

Guy Geoffroy, président de la commission des lois : La majorité n’aurait-elle pas le droit d’amendement ?

G. V. : Si, mais en respectant au moins les idées des autres. »

Puis, le groupe UDF va adopter le ton de la dignité offensée, ce qui peut être loué mais qui, pour un sujet qui n’aura pas souvent l’occasion d’être débattu à un tel échelon, est dommage.

Les députés UDF ne participent pas au vote final.

 

Vidéo INA.fr- UDF: proposition de loi sur le vote blanc


Date de création : 29.08.2006 @ 20:27
Dernière modification : 25.11.2013 @ 21:54
Catégorie : Pour approfondir - Le monde politique et le vote blanc
Page lue 8158 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par ChristianRemael le 21.03.2007 @ 10:41

Bravo pour cet article .... révélateur.

Il y a encore du boulot pour faire passer "le message" d'un vote blanc "engageant" et démocratique.

Continuez à prêcher la bonne parole




Réseaux sociaux


 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)

Episode 7: 4 millions d'électeurs ignorés... mais toujours le statu quo (Henri Cabanel, Frédéric Micheau)
Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: