novembre 29, 2021

2008 : A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD’HUI

Table ronde (2) à l’Assemblée nationale

8 octobre 2008, 14H-17H

Table ronde organisée par l’Association pour la reconnaissance du vote blanc.

Participants

André Gérin, député-maire de Vénissieux

Olivier Ihl, science politique, directeur de l’IEP Grenoble

Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, droit public, université de Rennes

Alexandre Dorna, psychologie sociale, université de Caen

Céline Braconnier, science politique, université de Cergy

Eric Anceau, histoire, université Paris IV

Le vote utile est-il l’absolu dans la démocratie représentative ? Les électeurs, ayant mis de côté leurs états d’âme, ayant pris une réelle conscience des enjeux, se rendent aux urnes avec la ferme intention de donner une base solide au pouvoir désigné. Ils ont admis que les seules solutions possibles sont incarnées par les candidats investis par les grandes formations politiques. Il ne peut pas y avoir d’autres alternatives.

De la même manière que le consommateur trouve dans son supermarché des plats prêts à consommer, l’électeur n’a plus qu’à valider des choix pré-mâchés.

Le citoyen du XXIè siècle doit se former en continu, doit savoir modifier ses habitudes quotidiennes pour sauver la planète, doit faire sortir par lui-même dans des ateliers d’écriture ce qui le tourmente… mais ne doit pas être lui-même dans l’isoloir.

On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle de l’électeur entré dans le bureau de vote. Ce moment démocratique semble acquis définitivement. Il est tellement encadré qu’il semble rouler tout seul, comme les rames de la ligne 14 du métro, si bien que même les électeurs considèrent qu’il peut se passer d’eux. La présidentielle de 2007 infirme-t-elle vraiment ce phénomène ?

Il ne faut pas combattre l’abstention mais faire renaître la participation. Pour cela il est urgent d’essayer de répondre à la question : à quoi bon aller voter ?

A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD’HUI ?

Table ronde (1) à l’Assemblée nationale

16 janvier 2008

Intervenants :    Jean-Pierre Abelin, député de la Vienne.

                           Dominique Andolfatto, sociologie, Nancy.

                           Michel Bussi, géographie, Rouen.

                           Dominique Lafay, économiste, Paris.

                           Philippe Tanchoux, historien du droit, Orléans.

A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD’HUI

Table ronde (2) à l’Assemblée nationale

8 octobre 2008, 14H-17H

Table ronde organisée par l’Association pour la reconnaissance du vote blanc.

Participants

André Gérin, député-maire de Vénissieux

Olivier Ihl, science politique, directeur de l’IEP Grenoble

Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, droit public, université de Rennes

Alexandre Dorna, psychologie sociale, université de Caen

Céline Braconnier, science politique, université de Cergy

Eric Anceau, histoire, université Paris IV

Le vote utile est-il l’absolu dans la démocratie représentative ? Les électeurs, ayant mis de côté leurs états d’âme, ayant pris une réelle conscience des enjeux, se rendent aux urnes avec la ferme intention de donner une base solide au pouvoir désigné. Ils ont admis que les seules solutions possibles sont incarnées par les candidats investis par les grandes formations politiques. Il ne peut pas y avoir d’autres alternatives.

De la même manière que le consommateur trouve dans son supermarché des plats prêts à consommer, l’électeur n’a plus qu’à valider des choix pré-mâchés.

Le citoyen du XXIè siècle doit se former en continu, doit savoir modifier ses habitudes quotidiennes pour sauver la planète, doit faire sortir par lui-même dans des ateliers d’écriture ce qui le tourmente… mais ne doit pas être lui-même dans l’isoloir.

On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle de l’électeur entré dans le bureau de vote. Ce moment démocratique semble acquis définitivement. Il est tellement encadré qu’il semble rouler tout seul, comme les rames de la ligne 14 du métro, si bien que même les électeurs considèrent qu’il peut se passer d’eux. La présidentielle de 2007 infirme-t-elle vraiment ce phénomène ?

Il ne faut pas combattre l’abstention mais faire renaître la participation. Pour cela il est urgent d’essayer de répondre à la question : à quoi bon aller voter ?

A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD’HUI ?

Table ronde (1) à l’Assemblée nationale

16 janvier 2008

Intervenants :    Jean-Pierre Abelin, député de la Vienne.

                           Dominique Andolfatto, sociologie, Nancy.

                           Michel Bussi, géographie, Rouen.

                           Dominique Lafay, économiste, Paris.

                           Philippe Tanchoux, historien du droit, Orléans.