novembre 29, 2021

Coran et vote blanc

PARFOIS ON PARTICIPE AU SHIRK SANS LE SAVOIR

Voir le site original

Cheykh Abderrahmân Al Mikhlif (le 13/08/2008)


Question : En Belgique le vote est imposé et celui qui ne le fait pas est sanctionné par l’état ; quel est le statut de voter blanc, vu que le vote blanc ne soutient aucun candidat ?

Réponse : Voter pour participer à choisir un Tâghoût* est du Koufr** ; quant à participer sans élire de Tâghoût : cela sera compté comme remplir leur rang. Donc s’il les accompagne alors qu’ils vont choisir un Tâghoût, il sera apparemment mécréant, mais si lui ne choisit pas de Tâghoût il ne sera pas réellement mécréant.

Question : Vous voulez dire qu’il est mécréant dans l’apparence mais pas forcément intérieurement ?

Réponse : S’il entre avec eux et qu’il participe avec eux aux élections mais qu’il ne choisi aucun candidat mais que c’est juste une simple présence : celui-ci est en apparence un mécréant.


Question : c’est comme celui qui ruse pour se préserver d’eux [en commettant des actes ambigus] ?

Réponse : oui


Question : Est-il permis de le commettre sans y être contraint mais juste pour la nécessité ou pour éviter un mal ?

Réponse : Lorsque l’acte en soit n’est pas de la mécréance : il est licite de le commettre sans contrainte en cas de nécessité.


Question : Mais si l’acte en soit n’est pas de la mécréance ; pourquoi dit on que celui qui le commet est mécréant en apparence ?

Réponse : Il devient mécréant en apparence car il fait croire à celui qui le voit qu’il part pour choisir un Tâghoût et qu’on ne sait pas s’il va voter blanc ou non ; mais par contre celui qui sait qu’il va voter blanc ne le jugera pas mécréant.

Question : Mais si je sais personnellement qu’il a été voter blanc, ai-je le droit de le juger musulman ?

Réponse : Oui si tu sais qu’il a utilisé le vote blanc, et que tu sais qu’il n’est pas tombé dans la mécréance tu le juges musulman.


Question : il y a cependant deux points à ajouter :

Premièrement : en Belgique toute les voix blanches sont ajoutées au candidat vainqueur. [C’est affirmation est fausse. NDLR]

Deuxièmement : Le simple fait de participer aux élections [même en votant blanc] n’est t’il pas une expression de sa reconnaissance de la seigneurie du peuple qui à le droit de choisir le législateur ?

Réponse : Lorsque la participation se fait en élisant un candidat : c’est ça qui représente la Foi en la seigneurie du peuple. Par contre celui qui considère que les élections sont quelque chose de mal, mais qu’il y a participé en l’apparence sans choisir de candidat : celui là n’est pas mécréant.

Quant au faite d’ajouter les voix blanches au vainqueur, ceci est une chose ; mais ce que toi tu as voulu faire en est une autre. Si toi tu ne veux pas voter pour qui que ce soit mais que eux donnent ta voix au vainqueur c’est leur affaire à eux… Ceci est la conséquence du vote blanc et non le vote blanc en soit. De plus l’ajout de ces voix n’a aucun effet dans l’élection vu que ces voix sont ajoutées après que le candidat ait gagné l’élection.

  
Question : Mais je ne vois pas pourquoi nous devrions tenir compte de ce qu’il pense des élections dans son cœur, est-ce que ce simple vote blanc ne prouve pas qu’il n’a pas rompu avec la démocratie ?

Réponse : La démocratie est en réalité le fait de donner un associé à Allah dans le jugement et la législation, et donc tout acte indiquant cela est du grand polythéisme. Mais il y a certains aspects de la démocratie qui n’indiquent pas clairement que tu donnes un égal à Allah dans le jugement ; par exemple celui qui est présent lors de leurs rassemblements sans pour autant commettre lui-même de grand polythéisme il ne sera pas polythéiste.

Donc lorsqu’il fait semblant de participer sans participer réellement il n’aura en fait choisi aucun candidat ce sera juste une présence sur les lieux, il leur fait croire qu’il choisi quelqu’un mais ne le fait pas pour de vrai : cette personne là sera donc jugée mécréante par celui qui ignore ce qu’il a réellement fait ; et de même les démocrates vont penser de lui qu’il a élu un Tâghoût, il sera donc en l’apparence jugé comme eux car il n’a pas exprimer sa rupture avec la démocratie ; mais s’il ne commet pas ce polythéisme [d’élire un candidat] il sera alors croyant dans son cœur comme l’était le croyant de la famille de Pharaon : « Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi dit: « Tuez-vous un homme parce qu’il dit: « Mon Seigneur est Allah? » Alors qu’il est venu à vous avec les preuves évidentes de la part de votre Seigneur. » (sourate 40 verset 28)
(…)

* Tâghoût : ce qui est adoré à la place d’Allah.

** Koufr : Les différentes sortes de mécréance.